• Sundaram Tagore
    New York , Hong Kong, Singapour
    www.sundaramtagore.com

    Miya Ando
    Kamolpan Chotvichai
    Kim Joon
    Tayeba Begum Lipi
    Sohan Qadri
    Hiroshi Senju

  • Créée en 2000, la galerie Sundaram Tagore se consacre aux échanges entre les cultures occidentales et non-occidentales. La galerie organise des expositions et événements qui promeuvent le dialogue spirituel, social et esthétique. Dans un monde où la communication est instantanée et les cultures se mixent comme jamais auparavant, nous souhaitons créer des lieux où l’art se passe de frontières, notamment celles entre les disciplines – poésie, littérature, performance, film et musique.

 
 

Tayeba Begum Lipi, My Mother’s Dressing Table, 2013, Lames de rasoir en acier inoxydable, 95.3x47x99.1cm. Crédits : Tayeba Begum Lipi et Sundaram Tagore Gallery

 

Sundaram Tagore a le plaisir de présenter les oeuvres de 6 artistes dont les travaux défient les conventions de l’art asiatique. Trois d’entre eux s’intéressent au corps, interrogeant les problématiques d’identité, de genre et de consumérisme. L’artiste thaï Kamolpan Chotvichai produit des autoportraits provocants dans lesquels elle se débarrasse au sens propre de parties de son autonomie, d’après le concept bouddhiste d’anatta (non-soi). Tayeb Begum Lipi, du Bangladesh, construits de séduisants objets féminins avec des lames de rasoirs et des épingles à nourrice, comme un commentaire sur la condition féminine. Kim Joon, qui vit en Corée, étudie l’obsession coréenne pour les marques de luxe et la notion de désir à travers des nus digitaux. Les trois autres artistes de l’exposition ont un propos formaliste, explorant des éléments de la tradition culturelle locale avec le vocabulaire minimal associé à l’art occidental. Né en Inde, Sohan Qadri inclue des symboles tantriques dans dessins aux couleurs éclatantes; tandis que Miya Ando, descendant de chevaliers japonais, inclus des thèmes spirituels dans des toiles en métal. Hiroshi Sensu, peintre japonais vivant à New York, combine l’expressionnisme abstrait et les techniques japonaises anciennes pour représenter des rochers et des chutes d’eau. Tous ces artistes illustrent le projet de la galerie d’encourager les échanges entre les cultures occidentales et asiatiques.